La ligne B du tramway prend forme

L’ADTT exprime sa satisfaction de voir la ligne B du tramway tourangeau confirmée après les déclarations de la Ville et de la Métropole. Sa mise en service est maintenue à la date de 2025. Est en même temps confirmé son passage par le Boulevard Béranger, longtemps contesté par des opposants divers, s’appuyant sur une menace touchant les platanes et le mail lui-même. La solution qui se précise serait d’installer les 2 voies de tram côté nord du boulevard (nous montrons un peu plus loin qu’il serait possible de les mettre au Sud), laissant l’autre côté pour les voitures et l’accès des commerçants forains au mail central accueillant les marchés.

Un réaménagement de la Place Jean Jaurès

Nous avons depuis longtemps milité pour l’adoption d’un triple aiguillage  aux bifurcations des lignes A et   B, ce qui est monnaie courante dans les villes du Nord et de l’Est de l’Europe, car elle  permet d’avoir une diversité de directions des lignes de tramway. Ici, la ligne B bifurquant de Béranger vers le Nord pourrait ainsi assurer des liaisons La Riche -Tours Nord bien utiles pour franchir la Loire. Ces triples aiguillages permettent aussi, en cas d’incident sur une portion de ligne, de continuer à assurer un service sur une autre portion.

Cet aménagement serait bienvenu Place Jean-Jaurès et une vaste esplanade piétonnière serait ainsi dégagée face à l’Hôtel de Ville, la circulation automobile contournant assez aisément cette esplanade. Des couloirs pour cyclistes seront aussi implantés dans ce nœud complexe qu’est la Place Jean-Jaurès. Nous n’en connaissons pas le détail pour l’instant.

Le système d’aiguillage à trois branches est aussi à prévoir au carrefour de Verdun. Il autoriserait des liaisons Joué→ Chambray.

Terminus à Chambray

Nous nous interrogeons sur la pertinence d’un terminus avec parc-relais à la Papoterie (à proximité du rond-point du boulevard périphérique avec la RD 943, ceci pour plusieurs raisons. La première est que la densité urbaine s’arrête à 500 mètres après le CHU. La deuxième raison tient en ce qu’il existe actuellement une ligne de train Tours-Loches qui va être rénovée à grand frais, dans le but d’attirer les automobilistes en provenance de Loches, Cormery, Truyes, Esvres, etc. Or, si le tramway va au plus près de la rocade, il privera la ligne de train d’un potentiel de passagers, car il maintiendra voire augmentera le nombre d‘automobilistes sur la « route de Loches ».  Enfin l’on sait que lorsqu’un automobiliste a le choix sans contrainte entre deux parcs-relais, il va au plus près de sa destination : il en est ainsi à Tours-Nord, où les automobilistes plébiscitent le parking de la Tranchée et délaissent celui de Jemmapes. On peut donc douter de l’efficacité d’un P+R (parc-relais) à la Papoterie, alors qu’il y en aura un au CHU.

Du CHU à la Papoterie, le tracé est long de 2,5 à 3 km, ce qui peut représenter un coût de plusieurs dizaines de millions d’euros, auquel il faut ajouter celui du parking. Pour ces différentes raisons, et dans l’éventualité d’arbitrages financiers, sans doute faudrait-il envisager de surseoir à cette portion. Sinon, il est aussi possible d’envisager une solution intermédiaire avec voie unique sur ce secteur en bout de ligne, avec par exemple 1 tram sur 2 allant jusqu‘au parc-relais de la Papoterie.

Un dépôt au Sud

Il était prévu, mais il semble oublié : l’ADTT souhaiterait qu’on n’oublie pas d’aménager un dépôt de rames au Sud du Cher. En cas de blocage du réseau au cœur de la ville de Tours, ou même au Nord, le réseau pourrait se retrouver totalement privé de rames de tramway. Ce fut le cas pendant plus d’un mois à l’été 2015 sur la partie sud de la ligne A, suite à l’incendie en pleine nuit du pont qui enjambe les voies SNCF sur l’avenue de Grammont. Un autre avantage d’un tel dépôt est de pouvoir faire commencer et terminer les services aux mêmes horaires pour les deux sens de circulation. Pour l’instant, en effet, le premier départ de Joué-lès-Tours ne peut se faire que 50 minutes après le premier départ de Tours-Nord. Ainsi à l’arrêt Liberté, le premier départ vers Vaucanson n’est qu’à 6 h.

Prolongation vers l’aéroport

Si nous souhaitons ce dépôt au Sud, il nous semble au contraire bien prématuré de vouloir prolonger la ligne A jusqu’à l’aéroport de Tours, pour quelques raisons simples. Tout d’abord parce qu’il ne reçoit que très peu de passagers (3 avions / jour), et que pour ceux-ci, une navette bus jusqu’au terminus Vaucanson serait pour l’instant plus pertinente et bien moins coûteuse. Ensuite parce que l’avenir de ces lignes aériennes n’est pas assuré, encore moins le développement de nouvelles, d’autant que Tours est à deux heures de train au maximum de quatre aéroports internationaux : Orly, Roissy, Bordeaux et Nantes. Enfin parce que l’on ne connaît pas non plus le devenir du site de la Base Aérienne et de ses futurs aménagements.

Boulevard Béranger : plusieurs options

Il existe trois possibilités pour le passage du tramway sur le boulevard Béranger.

La première serait de placer les deux voies au Nord du mail. Cette partie est plus étroite que la partie sud. Elle oblige à passer plus près des arbres, mais aussi plus près des bâtiments. Elle permet de laisser le côté sud à une double voie vélos le long du trottoir, à une double voie automobile, et à un stationnement assez large le long des arbres, notamment pour les véhicules des marchés.

La seconde option serait l’inverse de la première : les deux voies automobiles au Nord, et les deux voies tramway au Sud. Comme la largeur est plus grande au Sud, le tram peut être plus loin des arbres, notamment si ceux-ci sont longés par les voies vélos. Il serait aussi possible de faire un quai central pour les stations dans les deux sens de circulation, ce qui est source d’économie. Dans ce cas, on aurait en revanche moins de places de stationnement. Cette option avait été écartée dans l’hypothèse première où la ligne devait emprunter le boulevard Heurteloup en raison de l’angle de giration nécessaire pour tourner sur la place du Maréchal Leclerc (gare). Il nous semble qu’elle peut être reprise, d’autant que, là aussi pour une question de giration, elle faciliterait la réalisation de l’aiguillage à trois branches de la place Jean-Jaurès.

La troisième option, à savoir de faire passer une voie de tram de chaque côté du mail, n’est pas envisageable : elle coûterait bien plus cher, entraînerait des travaux des deux côtés du boulevard et compliquerait la circulation automobile.

Les coûts d’une ligne de tramway

Le débat revient régulièrement, et c’est bien légitime : une ligne de tramway est un investissement très lourd pour la collectivité. Nous avons plusieurs fois répondu à ce débat avec des chiffres. Ainsi avons-nous montré que le BHNS, s’il coûte moins au départ, n’est pas moins cher sur le long terme, et ne peut pas transporter autant de passagers que le tramway. Nous avons également organisé une réunion publique où étaient présentées de nombreuses options techniques pour la réalisation d’une ligne de tramway, qui permettent de faire des économies. Il est toujours utile de préciser que les positions défendues par notre association prennent en compte le rapport coût / bénéfice, et que si nous en sommes de fervents partisans, nous ne défendons pas le tramway « quoi qu’il en coûte ».

La voie unique (bidirectionnelle) est une solution intéressante sur de petites portions entre deux stations : faire circuler le tramway sur la même voie dans les deux sens. On gagne en place, et on peut faire des économies. Ceci est appliqué rue de la Roë à Angers. Pour la ligne B, cette solution pourrait par exemple s’appliquer à la rue Giraudeau (Tours), qui est partagée avec les automobiles et les cyclistes (500 m). Sous réserve de connaître les emprises disponibles, on pourrait aussi l’appliquer à La Riche, entre la mairie et le terminus (750 m), et entre Trousseau et la Papoterie.

D’autres affinages sur le tracé de la ligne B

Les études ont permis de préciser et d’affiner le tracé de la ligne sur d’autres secteurs de l’agglomération afin de mieux l’insérer dans les quartiers traversés. C’est le cas dans le quartier des Fontaines qui sera ainsi mieux désenclavé, dans la traversée des Casernes où une partie des services de l’Université François Rabelais sont installés et dans la traversée de La Riche. Ces précisions de tracé sont indispensables avant l’établissement du dossier présenté pour la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) et pour l’obtention de subventions de l’État, voire de l’Europe, en faveur du projet.

Avec le tram B un nouveau tracé pour le BHNS

Une nouvelle ligne de tramway entraîne un nouveau plan des lignes de bus. Dans cette optique, le Conseil Métropolitain a choisi de conserver la ligne de BHNS bus à haut niveau de service) actuelle dénommée Tempodans sa portion nord, et d’en modifier la partie sud.

Point noir : le boulevard Heurteloup

Dans sa portion du Boulevard Heurteloup, le BHNS est fortement ralenti et ne remplit pas sa fonction, surtout dans le sens est-ouest, en raison du manque d’une voie réservée. Il est donc impératif que ceci soit corrigé, et ceci sans attendre 2025. Ceci est faisable, d’autant que le sens ouest→est (sortie de ville) est beaucoup moins encombré et plus fluide, et pourrait se voir amputé sans grand problème d’une voie pour les automobiles. En outre, cette voie réservée pourrait profiter aux autres lignes de bus qui empruntent le Boulevard.

Deux options en Centre-Ville

Pour la traversée du centre-ville, deux options sont évoquées :

1/ Gare de Tours – Rue E.Vaillant – Atlantes2/ Gare de Tours – Avenue de Grammont – Avenue De Gaulle – Rue E.Vaillant – Atlantes

La première solution a assez facilement notre préférence dans la mesure où il apparaît clairement que la seconde fait véritablement doublon (même « triplon »!) avec les deux lignes de tramway entre Jean-Jaurès et Liberté-Saint-Paul.

Plus loin que les Atlantes !

Il est prévu que le BHNS ait son terminus dans la zone commerciale des Atlantes à Saint-Pierre des Corps. Pourquoi ne pas aller plus loin ? Dans cette importante zone d’activité, se trouvent en effet de nombreuses entreprises et commerces, mais aussi un lycée, un collège et beaucoup de terrains de sport, que les jeunes sont obligés de rejoindre en 20 minutes à pied depuis les Atlantes (souvent de nuit), sinon en voiture, car la desserte en bus y est très pauvre, malgré la proximité immédiate du dépôt de bus Fil Bleu. En outre, l’avenue Jacques Duclos est un axe d’entrée de ville, où la circulation automobile y est en permanence très importante. Il nous semblerait donc opportun de prolonger ce tracé, et, pourquoi pas, d’y envisager un parc-relais à l’extrémité.

En attendant le tramway à Saint-Pierre-des-Corps

En attendant que Saint-Pierre-des-Corps profite du tramway, et pour le préfigurer, nous suggérons qu’une seconde ligne de BHNS relie dès maintenant le lycée Martin Nadaud à la gare de Tours, en passant par la Rabaterie et le centre-ville de Saint-Pierre-des-Corps.

Nous tenons d’ailleurs à rappeler que la métropole s’était également engagée à lancer dès maintenant les études pour une troisième ligne Saint-Pierre-des-Corps → Saint-Cyr-sur-Loire, ceci afin de ne pas attendre 2037 pour sa mise en service, si l’on se fie au délai qui aura été nécessaire pour la deuxième ligne. 

L’ADTT s’est préoccupée depuis longtemps de la liaison entre Tours et Saint Pierre en suggérant diverses solutions. Ci-dessous un croquis de nos dernières propositions, incluant une liaison entre les deux gares.

CROQUIS

Created with GIMP

Le tracé en noir reprend le projet de tramway de la gare de Tours à Saint-Pierre-des-Corps via l’Avenue Jean Bonnin ; il dessert le centre-ville de Saint-Pierre, la Rabaterie et la zone scolaire à l’Est mais non la gare TGV.

Le tracé en tiretés rouges reprend le projet de la CFDT, utilisant une emprise SNCF libre et non utilisée actuellement, avec une station de croisement à La Rotonde et un accès en quelques minutes à la gare TGV.

Le tracé en rouge plein est le prolongement du précédent : la navette, après rebroussement derrière le parking silo, devient tram urbain, dessert le centre-ville et a ensuite un tronc commun avec le tracé noir jusqu’au parc-relais en bord de Loire. Les usagers, au cas où les 2 lignes seraient créées, auraient ainsi 2 voies d’accès vers Tours selon leurs besoins ou leurs lieux de résidence dans Saint-Pierre.

Tramway sur voie unique bidirectionnelle Rue de Roë à Angers  (Cliché Wikipedia)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s